Plug’n Share, une alternative à la PirateBox ?

plug n shareJe suis actuellement en train de tester Plug’n Share, il s’agit d’un dispositif d’échanges et de partages de fichiers. Hein, quoi? Cela vous fait penser à quelque chose ? Effectivement le Plug’n Share fonctionne (plus ou moins) sur le même principe que la PirateBox à quelques exceptions près. (Merci à Jean Luc Freepolen de m’avoir fait connaître ce matériel).

Qu’est-ce qu’il a de plus?

Le fabricant décrit le Plug’n Share de la façon suivante

« Le Novodio Plug’n Share est un adaptateur sans fil conçu pour partager aisément des données entre plusieurs périphériques : Mac, PC, iPhone, iPad et smartphones Android peuvent ainsi échanger des documents rapidement et sans manipulation fastidieuse. Le Plug’n Share a été spécialement pensé pour les nomades qui souhaitent bénéficier d’un accès WiFi sécurisé dans une chambre d’hôtel ou une salle de conférence. »  Si dans le principe cela ressemble à la PirateBox, qu’est-ce qui différencie les deux appareils ?

L’avantage principal du plug’n Share réside dans son paramétrage. Contrairement à la PirateBox, il n’y a pas besoin d’installer de firmware (désolé pour les fans d’OpenWRT) et aucune ligne de commande à saisir. Cela devrait ravir celles et ceux qui ont brické leur routeur MR 3020 et rassurer celles et ceux qui n’osaient pas mettre les mains de le cambouis.

Le Plug’n Share s’utilise avec un ordinateur (Mac ou PC), une tablette ou un smartphone (iOS et Android). Tout comme le routeur MR 3020 (appareil utilisé pour la PirateBox), le Plug’n Share génère un réseau wifi.
Une application gratuite est disponible sur l’AppStore et Google Play. Cela me conduit à émettre une première critique du Plug’n Share, pour les supports mobiles il faut impérativement passer par une application. Or avec la PirateBox, il suffit simplement d’ouvrir son navigateur internet pour télécharger les contenus. Par ailleurs, les dernières mises à jour des applis datent d’avril 2012. On peut se demander si Novodio va continuer à améliorer son application.

Le Plug’n Share se distingue de la PirateBox avec sa connexion internet. En effet, vous pouvez surfer sur internet avec le Plug’n Share en branchant le câble RJ45 de votre box sur le Plug’n Share. L’accès est également possible via le wifi.(Mais cela ne devrait pas plaire  votre DSI)

Il faut également noter une grande différence en matière d’accès. Contrairement à la PirateBox, le Plug’n share nécessite un identifiant ainsi qu’un mot de passe pour se connecter :

plug n share authentif
Identifiant et Mot de passe nécessaires pour se connecter depuis un ordinateur

La PirateBox a été développée pour être accessible à tous sans aucune contrainte ni aucune barrière. Le Plug’n Share a été conçu pour pouvoir s’échanger des fichiers en toute sécurité notamment si vous êtes dans un hôtel. Néanmoins, vous avez la possibilité de désactiver le mot de passe et ainsi permettre à tout lecteur de pouvoir se connecter sans passer par cette étape. (Wireless > Security > disable )

IMG_0058
Mot de passe pour se connecter au wifi du Plug’n Share

Le Plug’n Share ne s’inscrit pas autant que la PirateBox dans la dynamique du partage. Si vous utilisez l’appareil à partir d’une appli (iOS ou Android), vous ne pouvez pas uploader de contenus. Cette fonctionnalité semble limitée aux Mac ou PC.

upload plug n shareEn ce qui concerne l’esthétique du Plug’n Share, il n’a rien à envier à la PirateBox. Le design est un peu moins austère bien qu’on puisse personnaliser l’interface de sa BiblioBox. Je vous laisse juger de la qualité de l’interface du Plug’n Share.

IMG_0059
Ideaplus pour iOS

Et Calibre alors ?

Un des points forts de la PirateBox est la possibilité de générer un catalogue OPDS et rendre ainsi plus visibles les ebooks contenus dans la box. Vous pouvez faire la même chose avec le Plug’n Share. (Je n’ai pas approfondi la question, j’ai juste voulu voir si c’était possible. L’arborescence pour accéder au fichier index.html n’est pas la plus courte).

Calibre plug n share

Lequel choisir ?

Le choix de l’outil pour mettre en place un dispositif de médiation numérique basée sur l’échange et le partage des biens communs de la connaissance dépend de plusieurs facteurs. Le premier est lié au fait d’aimer la bidouille et passer du temps à essayer de faire fonctionner sa PirateBox puis la personnaliser.

L’autre élément décisif dans son choix de l’appareil est d’ordre idéologique. En effet, la PirateBox s’inscrit dans un courant de pensée qui défend la neutralité du net et l’idée d’un internet accessible  tous. Le choix de cet outil n’est pas neutre et révèle une certaine forme d’adhésion aux principes véhiculés par le dispositif inventé par David et repris par David Darts.

En ce qui me concerne, mon choix penche du côté de la PirateBox qui offre une plus grande souplesse. Et vous ?

4 commentaires à propos de “Plug’n Share, une alternative à la PirateBox ?

  1. Rétroliens : Plug’n Share, une alternative à la...

  2. Bonjour,
    Merci pour ces explications. Je suis tout à fait daccord sur la philisophie de partage liée à la pirate box. Toutefois, le plug’n share peut être une étape intermédiare pour des bibliothècaires un peu réticents à saisir les horizons qu’ouvrent la médiation numérique en direction des usagers.
    Curieux mais pas doué j’ai pour ma part, échoué sur deux pirates box….Difficile dans ce cas de rassurer mes collègues pour mettre les mains dans le cambouis.

    Merci pour cee billet et ce test.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Seriez-vous un robot ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.