Voulons-nous des bibliothèques sous surveillance en France ?

Je republie ci-dessous un texte qui a été posté sur le forum Agorabib de l’Abf suite à deux articles (accessibles depuis le post sur Agorabib) parus dans le dernier numéro de la revue Bibliothèque(s) de l’association. En publiant ces textes, l’ABF a ouvert un débat, nous avons voulu en tant que membres de l’association exprimé une dernière fois notre point de vue pour poursuivre le débat sur la question de la surveillance et du rôle des bibliothèques. Il a été rédigé par plusieurs personnes de la commission stratégie numérique ou membres de l’ABF. Vous retrouvez le nom des signataires en fin de l’article.

Je tiens également à annoncer publiquement ma démission de l’ABF (CA de l’Ile-deFrance et commission stratégie numérique). Je ne me reconnais plus dans cette association qui a été capable de tenir tête et adopter des positions qui m’ont rendu fier d’appartenir à une association qui défend des valeurs professionnelles. Je me souviens avoir participé, en tant que suppléant aux côtés de Lionel Dujol,  à des réunions au ministère de la Culture pour défendre une autre conception du livre numérique qu’on nous a imposée avec PNB. Je ne défendais pas mon point de vue au cours de ces réunions. J’avais un mandat impératif qui représentait la parole de l’ABF qui n’hésitait pas à envoyer le SLL et le SNE dans les cordes. Je ne me reconnais plus dans l’ABF quand elle se félicite de l’élection d’Emmanuel Macron et de la nomination d’Edouard Philippe. Je ne me reconnais plus dans l’ABF qui n’ose pas affirmer clairement et publiquement que les bibliothécaires doivent s’opposer à la surveillance et aider à défendre les libertés numériques alors même qu’elle invite la militante des libertés numériques Alison Macrina à son Congrès. Je ne me reconnais plus dans l’ABF qui publie un texte dans sa revue qui laisse planer un doute sur son positionnement  par rapport à ces questions. Aux Etats-Unis, les bibliothécaires américains n’ont pas hésité à s’opposer au FBI pour protéger les usagers voire faire de la prison. On me dira que ce n’est pas le même pays, pas la même culture et qu’en France les bibliothécaires sont des fonctionnaires qui doivent se soumettre à certaines obligations. Je ne peux me satisfaire de cet argument et vous invite à relire des textes comme la Charte de l’Unesco sur les bibliothèques publiques ou si ce texte est trop symbolique, l’arrêt de la CJUE sur les droits fondamentaux relatifs à la vie privée et à la protection des données personnelles.

J’insiste, ce n’est pas une affaire de personnes mais bien une question de divergence de points de vue. Je ne dis pas non plus que je ne retournerai jamais à l’ABF. Je ne lis pas dans le marc de café et nous verrons ce que l’avenir nous réserve.

———————————–

L’Association des Bibliothécaires de France (ABF) a publié dans la dernière livraison de sa revue Bibliothèque(s) deux textes consacrés à la liberté de s’informer et à la protection de la vie privée des usagers en bibliothèque.

Ces deux contributions, l’une signée par Chloé Lailic, l’autre par Anna Marcuzzi alimentent dans ce numéro la rubrique « Le Débat », mettant en regard deux textes défendant des points de vue opposés sur des sujets suscitant des discussions au sein de la profession des bibliothécaires.

Le procédé est en lui-même parfaitement louable, car il est important que les débats internes à un champ professionnel puissent être mis en visibilité, surtout lorsqu’ils touchent à des sujets complexes et délicats comme celui-ci. Néanmoins, nous sommes plusieurs à avoir été profondément choqués par les propos tenus par Anna Marcuzzi dans sa tribune, au point de ressentir le besoin d’y répondre publiquement.

Le titre retenu donne déjà clairement le ton : Militant de la liberté ou sentinelle du pacte républicain ?, comme si l’on était d’emblée sommé de choisir entre la liberté et la République…

Le texte poursuit en critiquant le « positionnement idéologique – voire dogmatique » des bibliothécaires qui s’affirment en faveur de la protection de la vie privée et «[empêcheraient] ainsi d’avoir un débat de fond au sein de […] la profession». Pour s’éloigner de cette « posture dogmatique » qu’elle n’hésite pas à qualifier de «libertaire», Anna Marcuzzi souhaite « reposer les termes d’un débat plus serein » en appelant à discuter de la «responsabilité du bibliothécaire-citoyen», notamment à propos de l’utilisation des connexions internet mises à disposition des usagers en bibliothèque :

« Devons-nous pour autant ne pas interroger le monde dans lequel nous vivons et imaginer, par exemple, la possibilité d’une utilisation dévoyée des espaces publics que peuvent être les bibliothèques qui nous ramènerait alors à un questionnement sur notre positionnement – et notre devoir – de fonctionnaire (et même de citoyen) ? »

Cette question s’est posée avec beaucoup d’acuité pour les bibliothécaires français ces dernières années, notamment à cause de l’adoption de plusieurs textes de loi qui ont considérablement durci l’arsenal juridique mobilisable par les pouvoirs publics pour lutter contre le terrorisme. Ces mesures sont longtemps restées sans incidence directe sur les bibliothèques jusqu’à ce que le Parlement instaure en 2016 un délit de «consultation habituelle de sites faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à la haine». La condamnation d’un usager consultant de tels sites à partir d’une bibliothèque devenait possible, avec deux ans de prison à la clé. Et cette éventualité n’est pas restée simplement théorique : au moins une personne a été condamnée sur cette base à partir d’informations communiquées par une bibliothèque à la demande de l’autorité judiciaire.

Critiqué par une large partie de la société civile (y compris d’ailleurs l’ABF par le biais d’une déclaration publiée en janvier 2017), ce délit a finalement été annulé par le Conseil constitutionnel. Les neufs sages ont mis en cause le caractère disproportionné de cette sanction et l’atteinte aux libertés fondamentales que revêtait intrinsèquement la création d’un « délit de lecture » décorrélé d’actes positifs commis par des individus. Encore a-t-il fallu au Conseil s’y reprendre à deux fois, car après une première annulation en 2016, les parlementaires ont cru bon en 2017 de réintroduire ce délit dans une nouvelle loi dans une version « atténuée », pourtant déclarée inconstitutionnelle comme la première mouture.

Étant donné les tensions autour des questions de lutte contre le terrorisme, ces deux décisions du Conseil constitutionnel revêtent une forte valeur symbolique : elles rappellent qu’on ne peut mettre en place n’importe quelle mesure en invoquant la sécurité. Si l’on doit parler de « pacte républicain », comme s’y aventure Anna Marcuzzi, alors on doit considérer que le Conseil a rappelé au nom des valeurs de la République l’importance de la liberté de conscience. Il a également souligné à cette occasion, en s’appuyant sur l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qu’un accès libre à Internet était une garantie indispensable à l’exercice de la liberté d’expression et de communication.

Les principes sont donc désormais absolument clairs, ce qui n’empêche pourtant pas Anna Marcuzzi de remettre en question l’arbitrage du Conseil Constitutionnel :

« Peut-être est-il temps d’ailleurs d’évoquer ce qui a généré ce débat au sein de notre association, à savoir les éventuelles informations que des bibliothécaires seraient susceptibles de communiquer dans le cadre d’un soupçon de radicalisation de certains usagers compte tenu, par exemple des sites consultés dans les bibliothèques […]

La radicalisation violente n’est pas un délit. Et c’est là que réside toute la difficulté et le malaise des professionnels que nous sommes face à des informations dont nous pourrions disposer et dont nous ne savons que faire.

Les militants de la liberté vous diront de regarder ailleurs de ne surtout rien communiquer. A personne. »

C’est ce passage en particulier qui est extrêmement choquant et que nous voulons dénoncer. Nous pourrions le faire en soulignant l’incompatibilité de tels propos avec la Charte de l’UNESCO sur les bibliothèques ou encore avec la Déclaration de l’IFLA sur la vie privée dans le monde des bibliothèques. Mais ces textes étant assis sur des valeurs, on nous taxerait encore certainement d’idéologie si nous les invoquions…

A vrai dire, il n’est même pas nécessaire d’en passer par là, car il suffit de s’en tenir au droit positif pour montrer à quel point les propos d’Anna Marcuzzi sont inacceptables et n’ont absolument rien à voir avec une « position équilibrée » qu’elle souhaiterait voir l’ABF adopter.

Car Anna Marcuzzi déplore en toutes lettres que la consultation habituelle ne constitue pas un délit : « certains d’entre nous, malgré l’absence de délit – qui simplifierait de facto l’action à envisager, n’arrivent pas à se satisfaire de ce crédo libertaire ». Le problème, c’est que le délit de consultation n’a pas été annulé par le Conseil constitutionnel sur la base d’un « crédo libertaire », mais au nom de la protection des droits fondamentaux tels qu’ils résultent notamment de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789.

Déplorer cette décision revient donc à se mettre en porte-à-faux avec les valeurs de la Constitution et les libertés qu’elle protège.

Ayant ceci en tête, d’autres passages du texte d’Anna Marcuzzi apparaissent problématiques, notamment celui-ci où elle en appelle les fonctionnaires à leurs « devoirs »:

« Parce que oui, j’aime à le rappeler parfois, nous sommes fonctionnaires. Pas activistes. Et cela nous oblige, jour après jour. »

Mais quel est au juste le but poursuivi par Anna Marcuzzi en remettant ainsi frontalement en cause la décision du Conseil constitutionnel ? Lorsqu’elle déplore que les bibliothécaires doivent « regarder ailleurs », appelle-t-elle à demi-mots nos collègues à exercer une surveillance sur les sites consultés par les usagers, alors même que la loi ne leur impose nullement une telle obligation ?

Si c’était le cas, elle inciterait, non pas à respecter les devoirs des fonctionnaires, mais à les violer gravement, car le premier d’entre eux est le principe de légalité auxquels les agents administratifs sont strictement tenus. Se comporter comme si des actes des usagers étaient des délits alors que la loi ne les déclare pas comme tels est l’un des pires manquements qu’un fonctionnaire puisse commettre. Cela revient ni plus ni moins à encourager les bibliothécaires à exercer une fonction larvée de police sur une base illicite. Et ce sera d’autant plus le cas à l’avenir avec l’entrée en vigueur du RGPD qui impose un principe de minimisation dans la collecte des données nécessaires à l’accomplissement d’une mission de service public. L’obligation faite aux espaces publics offrant un accès internet de conserver les données de connexion n’implique pas d’identifier les utilisateurs, ni de conserver l’historique de leur navigation nominativement. Si tel était le choix des établissements, un consentement libre et éclairé est désormais nécessaire, sans qu’un refus puisse priver l’usager de l’accès à Internet.

Le texte d’Anna Marcuzzi est par ailleurs émaillé de lourdes confusions, notamment lorsqu’elle se livre à une comparaison avec la consultation de sites pédophiles. Celle-ci constitue bien en tant que telle un délit, validé par le Conseil constitutionnel. Mais les deux situations sont complètement différentes : en ce qui concerne la pédophilie, le Conseil a estimé que l’instauration d’un délit n’était pas une mesure disproportionnée parce qu’il est possible d’établir sur une base objective le caractère pédophile d’une image (en fonction de l’âge de la personne représentée). Il n’en va pas de même pour la consultation de sites «faisant l’apologie du terrorisme», notion hautement subjective qui ne fait pas l’objet de la moindre définition dans la loi. Cet élément a pesé de manière déterminante dans la décision du Conseil, car instaurer sur une base aussi floue un délit de lecture ouvrirait grande la porte à la censure, contre laquelle les bibliothécaires sont généralement si prompts à se mobiliser…

L’accusation d’idéologie a ceci de dangereux à manier qu’elle est récursive. Celui ou celle qui accuse l’autre d’être un-e idéologue le fait généralement à des fins rhétoriques afin de dissimuler la propre idéologie qui l’anime. On remarquera à ce propos que malgré les deux censures du Conseil, il reste en France quelques rares responsables politiques, comme Eric Ciotti, qui demandent encore une modification de la Constitution pour réinstaurer le délit de consultation habituelle. Cette précision aidera peut-être à mieux situer le type de terreau idéologique susceptible d’inspirer les nostalgiques de ce délit…

Doit-on comprendre qu’Anna Marcuzzi appelle l’ABF à adopter ce qu’elle appelle une « position équilibrée » en soutenant des propositions aussi marquées de révision de la Constitution ? Car ce serait aujourd’hui la seule façon dans notre système juridique de revenir sur les deux décisions du Conseil…

Ne nous y trompons donc pas : ce qu’Anna Marcuzzi présente comme des questions de déontologie professionnelle constituent en réalité des positionnements politiques qui s’avancent masqués. Comble du confusionnisme (ou de la perte totale de repères ?), elle va jusqu’à mettre ce débat sur la protection de la vie privée sur le même plan que celui sur l’ouverture des bibliothèques qu’il conviendrait tous deux, selon elle, d’aborder « sans idéologie » bien sûr !

Au-delà de ce qu’il faut bien appeler un grave dérapage individuel, il importe également de pointer les responsabilités collectives que la publication de tels propos implique. Comment un tel texte peut-il être publié dans la revue de l’ABF, comme s’il s’agissait de n’importe quelle « opinion », sans que le comité éditorial ne prenne au moins la précaution de marquer une distance vis-à-vis de lui ?

Il est piquant à ce sujet de rappeler une anecdote ayant eu lieu en janvier dernier lors d’une journée organisée par l’ABF sur le thème « (Auto)-censure et surveillance de masse, quels impacts pour les bibliothèques ? » Dans ses propos introductifs, Xavier Galaup, le président de l’ABF – visiblement assez mal à l’aise – s’était cru obligé de préciser qu’il souhaitait qu’aucun propos tenu lors de cette journée n’incite à la violation de la loi, au motif que les bibliothèques « ne sont pas des pirates » (cf. enregistrement en ligne sur le site de l’ABF).

Si ce souci scrupuleux de la légalité habite réellement l’ABF, peut-être serait-il bon de prendre garde d’un peu plus près à ce qui se publie dans sa revue, car ce n’est pas uniquement la loi qu’Anna Marcuzzi a mise à mal dans sa tribune, mais directement la Constitution et la Déclaration des Droits de l’Homme !

Nous aurions bien davantage de choses à dire encore sur le plan des valeurs professionnelles et de la déontologie du métier de bibliothécaire, mais il nous suffit de nous en tenir à la lettre du droit pour dénoncer de tels propos et appeler l’ABF à se démarquer vigoureusement et sans ambiguïté de ce point de vue.

Il en va de l’éthique de responsabilité de l’association et de sa crédibilité à porter la parole des bibliothécaires français sur ces grands débats de société.

Nous invitons les membres de l’ABF qui partagent ces préoccupations à l’exprimer en commentaire à ce post.

Des membres de l’Association des bibliothécaires de France

Thomas Fourmeux

Chloé Lailic

Lionel Maurel

Silvère Mercier

Pierre Naegelen

 

13 commentaires à propos de “Voulons-nous des bibliothèques sous surveillance en France ?”

  1. Merci Thomas
    Il faut toujours être fier de ses convictions.Tu fais un énorme travail et je t’en remercie. La dérive ABF se fait sentir depuis quelques temps (sans attaquer les personnes) et il faut un positionnement ferme et dans les clous de la loi.
    A bientôt.

  2. Merci Xavier Galaup de remettre les textes intégraux. Je les ai relus attentivement, et je ne reconnais absolument pas les propos d’Anna Marcuzzi dans les extraits et leurs interprétations mis en avant par Thomas Fourmeux.
    Il est bien dommage d’essayer de faire passer ses idées à coup de démissions fracassantes, d’extraits minimalistes et décontextualisés. Je trouve surtout dommage cette attaque publique, personnelle et professionnelle, en règle. Oui les bibliothèques ont besoin d’activistes comme Thomas, Silvère et autres. Parce que l’utopie peut faire avancer les choses. Mais Oui, trois fois Oui, les bibliothèques ont besoin de professionnel.le.s comme Anna, réalistes, pragmatiques dans le monde réel d’aujourd’hui pour faire avancer les choses. Les premiers le peuvent, les seconds le font. Le monde des bibliothèques a tout à gagner à posséder en son sein des femmes et hommes de la trempe d’Anna. Je souhaite à tous d’avoir la chance un jour de travailler dans ses équipes.

    • Il faut vraiment être d’une malhonnêteté intellectuelle absolue ou avoir de graves problèmes de compréhension de texte pour nous accuser de déformer les propos d’Anna Marcuzzi.

      Elle dit clairement dans le texte qu’elle regrette que la consultation habituelle ne soit pas un délit, car cela faciliterait ensuite la transmission d’informations relatives aux usagers aux autorités.

      Nous n’avons fait que rappeler que ce point de vue est contraire à deux décision du Conseil Constitutionnel qui affirment qu’il est impossible d’envoyer une personne en prison simplement pour avoir lu quelque chose, parce que c’est une violation des droits de l’homme.

      Nous faire traiter « d’utopistes » pour cela fait terriblement froid dans le dos. Car cela revient à dire que le respect des droits de l’homme est une utopie.

      Nous avons explicitement voulu nous en tenir au droit dans notre réponse justement pour ne pas qu’on nous rejette encore une fois dans l’accusation d’idéologie, mais vous faites encire pire en parlant d’Utopie.

      L’Utopie est ce qui n’existe nulle part. Le délit de consultation habituelle ne peut pas exister en France. N’en déplaise aux bibliothécaires zélés qui rêveraient de pouvoir collaborer avec les services de police sur le dos des droits de leurs usagers.

      Les droits de l’homme ne sont pas une utopie : ils peuvent encore annuler des lois liberticides en France. Mais quand on voit, comme c’est le cas depuis hier, le peu d’attachement que leur porte une partie substantielle des bibliothécaires, on ne peut que se demander combien de temps encore nous allons rester dans un pays où les droits de l’homme ont un sens.

      Terminer en rappelant les « compétences professionnelles » d’Anna Marcuzzi est complètement hors-sujet. Nous répondons sur ces propos. Ce type d’arguments n’est qu’un réflexe de protection corporatiste.

      Et que vous en arriviez là est un signe de plus du niveau de naufrage éthique de cette profession…

    •  » je ne reconnais absolument pas les propos d’Anna Marcuzzi dans les extraits et leurs interprétations mis en avant par Thomas Fourmeux.  »
      Comment pouvez-vous dire que vous ne  reconnaissez pas les propos.  Anna Marcuzzi invite à justifier la surveillance et la dénonciation sur des fondements juridiques qui n’existent pas ! Le délit de consultation de sites illégaux a été retoqué. On ne peut, légalement et moralement,  défendre l’idée d’une surveillance  des usagers. Aujourd’hui, c’est le terrorisme, demain ce seront les militants écologistes ou syndicaux.

      « Mais Oui, trois fois Oui, les bibliothèques ont besoin de professionnel.le.s comme Anna, réalistes, pragmatiques dans le monde réel d’aujourd’hui pour faire avancer les choses. »

      Au risque de vous déplaire,  je suis réaliste et pragmatique. Nos libertés numériques sont menacées. Saviez-vous que la loi renseignement a été préparée AVANT les attentats qui ont frappé la France ? Une bibliothèque est un lieu démocratique par la pluralité de ses collections, par sa capacité à donner à chaque individu le droit de s’informer, de se forger son propre avis et par-delà exercer ses droits civiques. Organiser une surveillance,  c’est mettre en oeuvre un mécanisme de discrimination de certaines idées. Et c’est rompre avec les missions de construction du citoyen de la bibliothèque

  3. Bonjour,
    J’avais envie de me forger ma propre opinion en lisant les commentaires des uns et des autres. Mais quand je lis de la part de quelqu’un qui dit ne vouloir s’appuyer que sur le droit : « N’en déplaise aux bibliothécaires zélés qui rêveraient de pouvoir collaborer avec les services de police sur le dos des droits de leurs usagers ». J’ai du mal à rester sereine…

  4. Bonjour
    Je n’ai pas accès au texte d’Anna Marcuzzi sur la revue de l’ABF, car celle-ci ne sera accessible gracieusement que dans 1 an sur le web. Le sujet posé de nos libertés numériques dans le cadre de la démocratie est un débat essentiel, au cœur même de tous les métiers de l’information. Sujet déjà très sensible depuis plus de 40 ans mais encore plus sensible dans la société devenue numérique entre censure (par le filtrage), respect des libertés numériques, vie privée et sécurité individuelle/collective.. Les professionnels ne peuvent en faire l’impasse, ces débats n’en sont que plus légitimes.. La question des moyens à notre disposition pour nous protéger se pose par la complexité et la multiplicité des lois : de la loi anti-terrorisme de 2006 au RGPD en vigueur de puis le 25/05/2018…Notre responsabilité en tant que professionnel, citoyen et fonctionnaire est engagée. Depuis que l’on connait la part très importante voire déterminante d’Internet comme vecteur très important voire déterminant concernant le terrorisme..(recrutement, publicité, incitation, etc…) cette question revêt une autre dimension qui apparaît cruciale de façon quotidienne. L’extrait du texte d’Anna Marcuzzi ne peut que faire écho à nos préoccupations : « Devons-nous pour autant ne pas interroger le monde dans lequel nous vivons et imaginer, par exemple, la possibilité d’une utilisation dévoyée des espaces publics que peuvent être les bibliothèques qui nous ramènerait alors à un questionnement sur notre positionnement – et notre devoir – de fonctionnaire (et même de citoyen) ? »
    Au niveau de la loi, ce texte du site « silex » fait un état des lieux synthétique : https://scinfolex.com/2010/03/26/acces-internet-en-bibliotheque-ce-quexige-vraiment-la-loi/ et celui de l’iabd : https://iabd.fr/2010/03/25/offrir-un-acces-a-l%E2%80%99internet-dans-une-bibliotheque-un-service-d%E2%80%99archives-ou-d%E2%80%99information-les-conditions-juridiques/
    « La seule obligation qui s’impose aux bibliothèques, aux services d’archives et d’information (ou aux organismes dont ils relèvent) est de remettre, lors d’une réquisition judiciaire ou administrative, selon les cas, les logs de connexion ».
    Ainsi, les bibliothèques jouent leur rôle citoyen. S’agissant de la protection contre les sites illégaux d’incitation à la haire, la violence, etc.. rien n’oblige à mettre un filtrage, mais rien ne nous en empêche d’en mettre un, et c’est le parti souvent pris par les médiathèques. Cette attitude va dans le sens d’offres de collections de qualité tant support papier que numérique, et donc d’un Internet « sécurisé » dans le sens de filtrant l’accès à des sites illégaux. Cependant, il me semble que l’action de « surveillance » des bibliothécaires s’arrête aux procédés de filtrage et non pas à la surveillance réelle de la consultation au moment même de cette consultation. Celle-ci relève du droit à la vie privée, qui est la pierre angulaire de notre démocratie Ce qui rejoint sur le site « paralipomenes » http://www.paralipomenes.net/archives/768 où l’on voit clairement : « si des mesures de sécurisation doivent être prises, l’identification – si cette procédure n’a pas été adoptée auparavant – n’est pas imposée lorsqu’il s’agit de proposer un accès à Internet. Mais dans le cas d’une enquête, la tenue d’une liste de personnes fait partie des éléments qui permettrait, et c’est ce que l’on a pu retenir, non d’échapper à toute poursuite mais d’alléger sa responsabilité. »
    En l’état actuel du droit, la surveillance se fait par ces dispositifs législatifs qui datent d’avant le phénomène terrible des attentats à répétition depuis celui de Charlie hebdo. Y a-t’il nécessité à les revoir et à les adapter à ce nouveau contexte ? Vaste question. En temps de guerre, les libertés ne sont-elles pas amoindries…. La surveillance par le « regard » reste non seulement indiscrète contraire au droit à la vie privée, (donc illégale) contraire au principe d’accès libre et facilité au savoir des établissements de lecture publique, documentation et archives, elle ne peut faire partie des compétences de bibliothécaires car relèvent de celle des services de la police.
    Cependant, il n’en reste pas moins que si nous sommes témoins (sans pour autant recourir à une surveillance) d’une action numérique d’ incitation à la haire et à la violence (soit d’action « d’incitation à la radicalisation » un site http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/ met à notre disposition un numéro vert.

  5. Rétroliens : De la bibliothèque au FabLab

  6. Rétroliens : Le débat du moment : bibliothèques et surveillance – Veilleur du Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.