Comment le confinement m’a contraint à rogner certains principes d’hygiène numérique

Le confinement dû à la crise sanitaire que nous traversons actuellement rend difficile la protection de la vie privée en ligne pour la majorité des confinés. La vie privée, victime collatérale du Covid-19 La lutte contre la propagation du coronavirus Continuer la lecture Comment le confinement m’a contraint à rogner certains principes d’hygiène numérique

Eh venez on arrête*…

Venez on arrête de faire n’importe quoi avec les données personnelles des usagers et on décide collectivement de prendre soin des données qu’ils nous confient. D’une part, parce que c’est une obligation légale et que nous devons nous y conformer. Continuer la lecture Eh venez on arrête*…

Le droit à l’anonymat selon l’IFLA

Au cours de l’été, l’IFLA a publié un article sur la relation entre anonymat et protection de la vie privée. Ce texte offre une réflexion intéressante et invite les bibliothécaires à penser leur pratique professionnelle en prenant en compte ces Continuer la lecture Le droit à l’anonymat selon l’IFLA

Sensibiliser aux risques de l’intelligence artificielle, une nouvelle mission pour les bibliothèques ?

Image par Seanbatty de Pixabay

L’actualité tech accorde une place importante à l’intelligence artificielle supposée améliorer notre quotidien en automatisant un certain nombre de tâches ou en s’intégrant à des dispositifs de sécurité. L’IA est encore fantasmée et son développement actuel est loin d’être aussi Continuer la lecture Sensibiliser aux risques de l’intelligence artificielle, une nouvelle mission pour les bibliothèques ?

Comment la New York Public Library construit-elle un rapport de confiance avec ses usagers à l’ère du numérique ?

Dans un entretien accordé au Wall Street Journal, Tony Ageh (@TonyAgeh) revient sur la stratégie menée par la New York Public Library (NYPL) en matière de vie privée. Selon le chief digital officer, les usagers attendent le même niveau de Continuer la lecture Comment la New York Public Library construit-elle un rapport de confiance avec ses usagers à l’ère du numérique ?